Edito #03

13 octobre 2009

Post-scriptum à l’éditorial du 1er octobre. Libé du 11/10 : « Le cinéaste [Roman Polanski] est très touché de tous les soutiens qu’il reçoit, il sait aussi que certains soutiens sont contre-productifs – a déclaré l’avocat Me Hervé Temime sans vouloir préciser quels soutiens étaient visés par cette déclaration ». Sans commentaire.

Commence le 20 octobre prochain une rétrospective intégrale James Benning. Nous vous invitons à suivre toute la programmation au Jeu de Paume et à suivre ici notre série de textes, entretiens, vidéos.
On se permet d’insister, car vous ne risquez pas d’en entendre parler ailleurs, toutes nos meilleures plumes semblent occupées à découvrir les films de Federico Fellini. Benning à part, la semaine entrante est plutôt molle. Coté sorties, The Descent 2 suscite un peu d’attente, le premier avait plutôt plu. Pour le reste, deux reprises.

La première est liée au cas Polanski. Wanted and Desire, documentaire réalisé il y a juste un an par Marina Zenovich est ressorti opportunément et dans quelques salles (Reflet Medicis pour les parisiens). Film modeste, satisfaisant pour ceux qui ont envie d’en savoir plus sur l’affaire.

La seconde est de taille. 1982. Franco Nero campe le Lieutenant Seblon, Jeanne Moreau est Lysiane, Brad Davis dans le rôle titre : Querelle. Rainer W. Fassbinder tourne sans le savoir son dernier film, d’après la pièce de Jean Genet. Querelle est un film où Fassbinder a voulu rivaliser avec La Mort aux trousses en matière de double, triple jeu. Sauf qu’il n’est pas ici question d’espionnage mais seulement de sexe et de mort. Il faut avoir vu Querelle au moins dix fois pour se souvenir de la géométrie amoureuse et sexuelle de l’intrigue. Vertigineuse. Et quelques jours suffisent à renvoyer le tout dans une magnifique brume. Une réplique, la première, résiste à l’oubli. Gunther Kaufmann derrière le comptoir d’un bar joue aux dés en compagnie d’un marin habillé cuir façon Lou Reed période « Transformer », il lève les yeux sur Jeanne Moreau qui danse avec Hanno Polsh sur un morceau de guitare et lui dit : « Hey, it’s Closing time ».

par Rédaction
mardi 13 octobre 2009

Accueil > actualités > éditos > Edito #03