Les vampires, on les aime à la vie à la mort, au moins pour le sexe et le sang, qui est l’une et l’autre. Mais les Vampire Diaries, ce n’est pas mortel – encore moins immortel. Dans la famille « amours lycéennes », si vous demandez « vampires », on risque de vous le refiler, alors que Buffy était mieux (il paraît).
Donc : il y a deux nouveaux en cours de géo, des mecs trop mignons. Attention, les gars, ils ont un truc que vous n’avez pas. Les filles apprécieront. Prenez l’héroïne, orpheline spleenétique : elle en pince pour le premier vampire venu, qui n’est pas insensible. Manque de bol, elle dira bientôt : Qu’il est beau l’assassin de maman et papa.

Si ce n’est pas lui, ce sera l’autre, son frère. C’est qu’il est canon, lui aussi. Et bientôt elle va soupirer : L’un me ravit, l’autre me charme. Ou plutôt elle va l’écrire. Car elle tient son journal, d’où le titre. Eux aussi, d’où le pluriel. Il devront les remplir des mois – des années peut-être – par le minutieux examen de leur conscience gnangnan.

par Pierre Alferi
samedi 27 mars 2010

The Vampire Diaries <— !PLEC—>Julie Plec et Kevin Williamson

Diffusée depuis le 10 septembre 2009 sur The CW)

Accueil > séries > Feuilletons les feuilletons > Le journal des vampires