JPEG - 123.9 ko
spip_tete

Ciné-club Independencia

The Exiles  de Kent MacKenzie

18 Septembre 2011

Cinéma du Panthéon

Tiré d’un texte issu de la thèse universitaire rédigée par Kent MacKenzie à propos de The Exiles [Traduction A.T.]

« 

Il est aujourd’hui facile de voir que mes intentions n’étaient pas claires, mais à l’époque j’étais oppressé par le désir de faire ce film. J’ai décidé de partager mon envie avec tout le monde et, en janvier 1958, quelques-uns d’entre nous empruntèrent du matériel ainsi que 539 $, l’intégralité de mes économies, et décidèrent de tourner la séquence d’ouverture. C’était une décision absolument insensée, irrationnelle, et j’eus à de nombreuses reprises par la suite l’occasion d’espérer ne jamais avoir commencé ce film.

Depuis ce premier mois de 1958 jusqu’en avril 1961, lorsque nous avons pu voir le premier tirage, c’était une odyssée de trois ans et demi de pauvreté, de conseils bien intentionnés, alternant foi et indécision, et de donations miraculeuses pour un film dont personne n’a jamais pensé qu’il rapporterait un centime mais qui "devait être achevé". Pour beaucoup, c’était un pur acte d’amour.

L’équipement était prêté par des amis et des employeurs. La photographie a été faite sur des rebuts de pellicule écartés par les grands studios. L’équipe travaillait la nuit et le week-end sans être payée, poursuivant leurs travaux alimentaires pendant la semaine. Elle tournait parfois toute la nuit et chacun reprenait son emploi sans avoir dormi. Un système de propriété par pourcentage et de paiement différé avaient été instauré pour l’équipe et le casting, reposant sur les ventes éventuelles du film. Hormis une somme symbolique pour le tournage de la dernière séquence, les Indiens n’ont reçu aucun argent. Ils reçurent une compensation en nourriture, alcool, et aide pour des problèmes personnels. Durant la première année de production, 8% du budget total a été dépensé en bière et en vin, et j’ai passé de longues heures à tenter de démêler les vies turbulentes des acteurs.

De temps en temps, des personnages majeurs ou mineurs étaient tirés de prison pendant que l’équipe attendait de tourner. Certains durent rentrer un moment dans leur réserve, et beaucoup passèrent du temps en prison. Trois des six indiens apparaissant dans la première séquence au diner avaient été condamnés à de longues peines et étaient perdus pour la production. L’un d’eux avait été choisi pour un rôle majeur. Deux acteurs envisagés durent quitter la ville pour fuir la police immédiatement après le début du tournage. Des visages avaient été défigurés par des bagarres, les membres des costumes qu’ils étaient supposés porter dans le film déchirés dans des rixes, ou volés alors qu’ils gisaient éméchés. L’implication dans le tournage est devenu si intense pour une partie du casting que des bagarres mises en scènes éclataient en vraies bastons. Le premier rôle féminin devait supporter deux gamins en plus du bébé qu’elle portait lorsque la première scène a été tournée. Entre les bébés, on bourrait ses vêtements d’oreillers pour simuler sa grossesse.

 »

Kent MacKenzie


dimanche 11 septembre 2011

The Exiles Kent MacKenzie

Avec : Yvonne Williams, Homer Nish, Tommy Reynolds, Rico Rodrigues, Clifford Ray Sam, Clydean Parker, Mary Donahue, Eddie Sunrise, Jacinto Valenzuela, Ann Amiador, Delos Yellow Eagle, Louis Irwin, Norman St. Pierre, Marilyn Lewis, Bob Lemoyne, Ernest Marden, Frankie Red Elk, Chris Surefoot, Sedrick Second, Leonard Postock, Eugene Pablo, Matthew Pablo, Sarah Mazy, Gloria Muti, Arthur Madrull, Ted Guardipee, Ned Casey, Jay Robidaux, I.J. Walker, Julia Escalanti, Danny Escalanti, Della Escalanti, Tony Fierro.

Duréé : 1h12mn

Accueil > séries > Panthéon > 18 Septembre 2011