JPEG - 98.2 ko
spip_tete

Frances Ha  de  Noah Baumbach

Non, merci (réponse à la question : tu danses avec Frances ?)

3.3

La palme du film le plus surévalué de l’année n’existe pas. Elle serait difficile à remettre. Il faudrait pour cela réunir un jury que composeraient des membres tous insensibles à l’opinion courante. C’est improbable, j’en conviens, mais imaginons-le : sans hésitation, il décernerait son grand prix à Frances Ha.

Cette comédie à succès ne mériterait pas qu’on s’y attarde. Noah Baumbach et Greta Gerwig ont écrit un scénario bien ficelé, qu’une série de saynètes pince-sans-rire fait avancer emboîtant le pas à Woody Allen : contre toute attente, moins au réalisateur, inventif et inspiré, de comédies new-yorkaises telles que Manhattan, Annie Hall et Harry dans tous ses états qu’au collectionneur de cartes postales de Minuit à Paris et To Rome with Love. Dans ses récents succès publics, Allen propose à chaque fois un voyage et un programme. Venez à Paris (ou à Rome) et débarrassez-vous de la nostalgie : la magie de ces anciennes villes existe encore. C’est bien sûr faux, mais plaisant à entendre.

À son tour et à sa manière, Frances Ha rassure : New York n’est peut-être plus la ville du punk. Les prix de l’immobilier ont monté. Cependant, Il y est toujours possible d’imaginer une héroïne fauchée qui ne vit que de son amour et de son art. Elle court (sur l’autoroute d’un scénario en huit parties), elle danse (sur la structure narrative en trois actes), elle galère (lors de l’avant-dénouement, comme le veut la tradition à Hollywood) et, enfin, réussit à s’installer (ha ha !).

On peut toujours dire : même ça, ce n’est pas sans intérêt. On n’aurait pas tort de remarquer que, chez le personnage de Frances, un monde interverti s’affiche. Greta Gerwig et son compagnon Baumbach sont respectivement une comédienne et un scénariste célèbres. Ils convoquent ici leur entourage : on reconnaît la fille d’un certain Sting et la fille d’une certaine Meryl Streep. Or on ne juge pas un film sur le statut social de ceux qui le réalisent. Mais le monde est petit et on sait que celui qui a accouché de cette Cendrillon en noir et blanc est carriériste et ultrasnob. Il est beau – et logique – qu’il se réfléchisse dans un personnage qui représente tout son contraire : poétique, fauché et idéaliste. Reste à savoir ce que la critique française trouve à ce petit film qu’une notule aurait suffi à chroniquer.

par Eugenio Renzi
vendredi 19 juillet 2013

Frances Ha Noah Baumbach

États-Unis ,  2013

Avec : Greta Gerwing (Frances) ; Mickey Sumner (Sophie) ; Michael Esper (Dan) ; Adam Driver (Lev) ; Michael Zegen (Benji) ; Grace Gummer (Rachel) ; Juliet Rylance (Janelle) ; Patrick Heusinger (Patch).

Produit par : N.B. ; Lila Yacoub ; Scott Rudin.

Scénario : N.B ; G.G.

Durée : 1h26min.

Sortie : 3 juillet 2013.

Accueil > actualités > Non, merci (réponse à la question : tu danses avec Frances ?)