0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120 | ... | 270

Bachelorette (Leslye Headland)

lundi 22 octobre 2012

Dans sa chambre d’adolescent, Clyde (Adam Scott) lance dans son radiocassette 500 Miles des Proclaimers. Il vient alors s’asseoir sur le lit auprès de Gena (Lizzy Caplan, l’une des jolies brunes de Cloverfield) pour la fixer dans le blanc des yeux. La jeune fille va mal. Elle a dû avorter, est accro à la cocaïne, enchaîne les conquêtes. Avec ses amies Reegan (Kirsten Dunst) & Katie (Isla Fisher), elle a mis en péril le mariage de Becky (Rebel Wilson) et saboté la fête des demoiselles d’honneur. La chanson qu’écoute le couple séparé est le symbole d’une histoire d’amour juvénile. La scène promet un changement et sa durée laisse croire à de bonnes résolutions. C’est le seul moment où Bachelorette montre un peu d’affection pour ses personnages odieux le reste du temps.

De Very Bad Trip à Bridesmaids, le désastre prénuptial est une fiction récurrente dans la comédie américaine actuelle. À défaut d’être toujours drôles, ces deux films manifestaient au moins un entêtement dans le délire. Bachelorette est sinistre. Ses trois demoiselles d’honneurs sont des filles dont la popularité des années college devait assurer la réussite. Elles se réveillent après la fête en trouvant leur vie minable. Cette cruauté marquait aussi le portrait de la Cendrillon trash de Young Adult où Charlize Theron se détruisait tous les soirs pour se reconstruire chaque matin de manière cosmétique. Plus désagréables, les bachelorettes ne se posent pas de question. Elles aigrissent le succès de leur amie Becky qu’elles surnomment la truie. Comment un boudin pareil peut se marier avant nous ? Pourquoi sommes-nous si malheureuses et pourtant si cools ? Tout relaie cette vulgarité dont on se demande qui elle amuse, à qui elle s’adresse. 3.5

TF