0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120 | ... | 270

Alfredo Altamirano

samedi 4 février 2012

Alfredo Altamirano est un chef-opérateur d’origine mexicaine vivant à Paris. Il a reçu un avis d’expulsion du territoire français. Il doit quitter la France d’ici la fin du mois.
Dans une lettre, il explique les difficultés auxquelles il doit faire face de toute urgence. Cette lettre circule depuis deux jours sur internet, les boites mails, les réseaux sociaux. Nous la reproduisons.

Bonjour,

Je me permets de rédiger cette lettre car une situation extrêmement délicate se présente à moi. En effet, samedi dernier, une lettre de la Préfecture de Police de Paris m’apprend que mon titre de séjour n’est pas renouvelable et par conséquent, mon expulsion du territoire français doit s’effectuer sous 30 jours. La seule raison, qui justifie cette décision administrative, repose sur le fait que mes revenus n’atteignent pas le seuil minimum exigé.

Or, étant mexicain, j’habite en France depuis maintenant plus de 9 ans, je suis arrivé à l’âge de 17 ans en Bretagne dans une famille d’accueil, ai intégré le lycée français et passé un Bac L que j’ai obtenu. J’ai ensuite poursuivi mes études en Ecole Supérieure Audiovisuelle à travers une formation technique en image, et aussi en université de cinéma, à Paris III Sorbonne Nouvelle pendant plusieurs années.

Je ne bénéficie d’aucune allocation ni aide sociale. Je travaille en auto-entrepreneur depuis 4 ans à Paris, en tant que chef-opérateur sur différents films, que ce soit dans le domaine du cinéma (2 longs-métrages et 6 courts-métrages produits) ou dans le domaine de la communication (publicité et clips). La situation économique dans laquelle je suis n’est pas précaire. Comme beaucoup de jeunes artistes qui entament leur carrière, il est de bonne foi de reconnaître que l’irrégularité financière est souvent une phase obligatoire avant d’obtenir des revenus stables. Mes choix de projets se concentrent essentiellement sur la qualité artistique plus que sur l’urgence de rapporter beaucoup d’argent.

Par ailleurs, je paie des impôts et des cotisations. Ma présence sur le territoire ne coûte absolument rien à l’Etat Français et je rapporte même de l’argent, d’où la dimension aberrante de cette expulsion forcée. C’est la première fois que mon titre de séjour se retrouve dans l’impossibilité d’être renouvelé, alors que je m’investis tous les jours pour m’intégrer à travers cette activité professionnelle et artistique. En tant qu’étranger, la carte de séjour d’intermittent est très difficile à obtenir, et surtout plus risquée que celle d’auto-entrepreneur, ce qui ne me donnait pas vraiment le choix du statut pour exercer mon travail. Aussi, je ne pouvais pas compléter mes fins de mois par des contrats d’autres secteurs, car mon titre de séjour interdit cette possibilité.

C’est pourquoi, je ne vous cache pas que la lettre d’expulsion m’a profondément bouleversé, car je suis intimement attaché à la France et à sa culture, sans compter que mes amis, mon couple, ma vie sont ici. En effet, y étant arrivé à l’âge de 17 ans, ce pays m’a construit et m’a formé, non seulement professionnellement mais aussi personnellement. Mes racines aujourd’hui sont pour moi plus françaises que mexicaines, et j’ai l’impression que mon propre pays me rejette.

Si je vous écris tout ça, c’est pour vous demander votre soutien, en tant qu’acteurs importants du paysage cinématographique français. Si vous acceptez de m’aider, il suffit de me rédiger un courriel ou une simple lettre manuscrite, attestant de ce soutien.

J’espère sincèrement que ce courrier recueillera toute votre attention et vous remercie. Je suis joignable au 06.31.50.83.84 pour toute question ou échange.

Amicalement,

Alfredo Altamirano

alfredoaltamirano@hotmail.com

Voir en ligne : Celles et ceux qui veulent soutenir Alfredo Altamirano peuvent le faire en signant la pétition