0 | ... | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120 | 135 | 150 | ... | 270

LA’s Angel, projection

jeudi 23 février 2012

Bettina Armandi-Maillard – amie d’Independencia et maintenant cinéaste – nous signale qu’une projection de LA’s Angel, son prémier film, aura lieu au Cinéma du Panthéon (13 rue Victor Cousin, 75005, Paris) samedi 25 février prochain à 12h et à 12h30. Nous y serons.

VIA MAIL :

E.R. : En quelques mots, comment resumer le film qu’on va voir samedi ?

B. A.-M. : L’action se deroule à L.A. Une jeune femme, qui rêve de devenir actrice, sort choquée d’un rendez-vous avec un réalisateur qui l’a complètement désabusée. Elle erre dans les rues. Elle va croiser des « doubles » qui la renvoient à l’image qu’on attend d’elle, ou qu’elle attend d’elle-même, et qui vont la questionner sur la place qu’elle voudrait occuper dans le monde.

E.R. : C’est ton premier film, comment tu t’y es prise ?

B. A.-M. : J’ai rejoins mon ami Valentin Vignet – chef opérateur et coproducteur du film à Los Angeles. C’est là qu’il habitait l’année dernière. Je songeais à faire un film avec lui depuis longtemps. J’ai eu envie de faire jouer Nadia Rosenberg, elle aussi très chère amie à moi, que j’ai fait venir de San Francisco. Je voulais la filmer habillée en ange dans les rues de Los Angeles. Avant de partir, j’ai simplement mis quelques idées sur papier, et notamment une scène de rencontre entre Nadia et une « apparition » de Basquiat – je venais de voir Midnight in Paris et avais envie de me faire le même genre de cadeau que Woody Allen.
Une fois sur place, je découvre Los Angeles que je ne connais pas, m’imprègne du rythme, de la lumière, des couleurs et des proportions, je réécris, je recherche partout l’acteur qui jouera Basquiat. Des rencontres fortuites m’inspirent des personnages : Justine, qui jouera la prostituée, et Antony, personne tellement drôle que je lui écris une scène de personnage exécrable le lendemain de notre rencontre. Manquait toujours mon Basquiat. Lors d’un diner, alors que je m’interroge sur l’existence d’un double de Basquiat, quelqu’un s’enthousiasme : « I know him ! There is this guy who dances every night at P and A ! It’s him ! ». Me voici donc à « P and A », club hype de L.A. caché derrière des cuisines, en quête du danseur sosie de Basquiat. Il arrive enfin, dans l’obscurité. J’attrape son visage et le dirige vers la lumière. Je lui dis : « Do you want to be my Basquiat ? ». Le film peut enfin exister. L’histoire maintenant se fait plus classique : une équipe, des acteurs américains, surtout des amis, des gens qui acceptent de nous aider, à Paris aussi. Tout s’articule, se forme. C’est un miracle. Le film existe, avec ses forces et ses faiblesses, indépendant, avec en lui tout ce que chacun a bien voulu lui donner. Le voyage d’une jeune parisienne découvrant Los Angeles, transportée par le ciel bleu et l’envie de faire un film sur place, avec ces personnes là.

FICHE

Durée : 15min.

Réalisation : Bettina Armandi Maillard.

Produit par : Valentin Vignet et Bettina Armandi Maillard.

Avec : Nadia Rosenberg, Antony Langdon, Jeremy O Harris,
Justine Wachsberger, Molly Leland, Lili Jackson.

Image : Valentin Vignet.

Montage : Jérémie Bôle du Chaumont et Vincent Tricon.

Sound design : Amaury Arboun.

Etalonnage : Jérôme Bigueur chez Digimage.