L’Été des Studios (aka 100 000 000 $ minimum)

Il est ouvert, il durera tout l’été : c’est le bal des artistes de la compromission, de ces réalisateurs dont le plus grand talent est de composer avec la pression des studios, le poids des millions et celui des franchises. À 100 millions de dollars, minimum, leurs films seront les blockbusters 2013, bombes censées exploser le box-office, orages tonitruants. Ce sera l’occasion de

voir comme on apprivoise le commerce : presque 40 ans après Les Dents de la Mer, comment les cinéastes s’accommodent-ils de l’industrie ? Du faiseur à l’artiste et du poète au patron, que donne la collaboration de la sensibilité et de l’argent, de l’imaginaire et du cahier des charges ? Et quelle énergie tirer de la foudre produite ? Le cerf-volant est prêt. Allons voir.
CB

Accueil > séries >L’Été des Studios (aka 100 000 000 $ minimum)